• Je t'emmerde, je conduis une volvo !

    Après avoir croisé deux personnes portant ce pull imprimé, je me suis dis qu'il fallait absolument que je vous en fasse profiter. Il est possible qu'une subtilité ou un jeu de mot typiquement suédois m'ait échappé, mais de prime à bord, on dirait quelque chose comme de la fierté d'un consommateur particulièrement satisfait par l'industrie nationale.

    Mais après tout, peu importe, cela me donne l'opportunité de vous parler un peu de l'industrie suédoise, et notemment du nombre impressionnant de grandes entreprises provenant de ce si petit pays ( au moins par sa population, qui est je le rappelle de 9 millions d'habitants à peine ). Une liste rapide :

    - Volvo, sans surprise ( pour les lettrés : le nom de la marque vient du latin Volvo, je roule ).

    - Saab, avec leur fantastique slogan "Saab, ça bien" ( à prononcer avec un voix enrhumée pour justifier le son "a" ).

    - Scania, toujours dans le domaine automobile, l'entreprise produit essentiellement des poids lourds, et fait partie des leaders du domaine.

    - Ikea. J'en parle pas plus, l'entreprise méritant à elle seule un article.

    - Ericsson, électronique pour particulier, notamment des téléphones portables.

    - Astra Zeneca. Je vous laisse deviner ce qu'ils produisent ; un petit indice quand même : mon papa est toubib, et on a plein de stylos et de porte-clés Astra Zeneca partout dans la maison.

    -  Electrolux, électro-ménager.

    - Le groupe Métro international, même si, comme je l'ai mentionné dans un article précédant, l'actionnaire majoritaire est le français TF1. C'est compliqué, et assez moche, la finance.

    - Securitas, loueur de mercenaires/vigiles/agents de sécurité ( rayez la mention hypocrite ), présente partout en europe mais surtout en France.

    - Tele2, télécommunications. 

    - Tetra Pak "protect what is good", mais si, vous savez, ces systèmes agaçants qui empêche d'accéder au jus de fruit une fois qu'on a acheté la brique.

    On pourrait en citer quelques autres, mais celles là sont les plus connus. L'originalité de l'économie suédoise consiste dans ce coté un peu "troisième voie" dont ils sont très fiers : l'Etat possède entre 35 et 50 % de la plupart de ces entreprises. Celà ne lui permet pas d'être majoritaire et donc de prendre les décisions ( au contraire d'une économie socialiste planifiée ), mais il possède malgré tout la fameuse "minorité de blocage" lui permettant de mettre un veto à des opérations industrielles ou financières qui nuirait à l'interêt général. Ce système fonctionne plutôt bien, et avec 80 % des travailleurs syndiqués, les salaires progressent au même rythme que la croissance économique, qui est faible ( rarement plus de 2 % ), mais régulière. Cette participation dans des groupes industriels permet d'ailleurs à l'Etat d'encaisser des dividendes, et d'avoir ainsi un budget... excédentaire.

    D'ailleurs, pour l'anecdote, en Février dernier, le premier ministre suédois, Fredrik Reinfeld, se plaignait auprès de François Fillon de ce qu'il ne savait pas quoi faire de tout l'argent que l'Etat dégageait pendant son exercice !

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :